USA : Atteint d’un cancer, il fait condamner le géant Mosanto à lui payer la somme de 289 millions de dollars

Partagez !

Monsanto a été condamné vendredi 10 août par un tribunal de San Francisco à payer plus de 289 millions de dollars de dommages et intérêts à un jardinier américain, atteint d’un cancer après avoir utilisé le Roundup pendant plusieurs années. L’entreprise américaine, récemment rachetée par Bayer, a immédiatement annoncé son intention de faire appel de la décision.

Le jury d’un tribunal de San Francisco a estimé ce vendredi que Monsanto avait agi avec « fraude et malveillance », pour ne pas avoir informé le jardinier américain Dewayne Johnson de la dangerosité de son herbicide Roundup.

Après trois jours de délibération, les jurés ont jugé que le produit incriminé, ainsi que sa version professionnelle RangerPro, ont « considérablement » contribué à la maladie du plaignant, atteint depuis 2016 d’un lymphome non hodgkinien, incurable, qui lui vaut de nombreuses lésions sur le corps et qui lui laisse moins de deux ans à vivre selon les médecins: le produit est un « facteur substantiel » dans l’apparition de la maladie.

La victime réclamait plus de 400 millions de dollars, estimant que ces produits avaient entraîné son cancer et que Monsanto avait sciemment caché leur dangerosité. Le géant américain a été condamné à 250 millions de dollars de dommages punitifs, assortis de 39,2 millions de dollars d’intérêts compensatoires.

« J’ai reçu beaucoup de soutien depuis le début de cette affaire, beaucoup de prières et d’énergie de la part de gens que je connais même pas. Je suis content de pouvoir aider une cause qui me dépasse largement. Et j’espère que cette décision commencera à lui apporter l’attention dont elle a besoin », a réagi Dewayne Johnson au cours d’une conférence de presse.

Monsato va faire appel

Dans un communiqué, Monsanto a immédiatement annoncé son intention de faire appel. « Nous avons tous une immense sympathie pour monsieur Johnson », a assuré son vice-président Scott Partridge, rapporte notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve, mais l’entreprise continue d’affirmer – en dépit de nombreuses études contradictoires – que le glyphosate, principe actif du Roundup, ne cause pas le cancer et n’est pas responsable de la maladie du plaignant.

« Nous ferons appel de la décision et continuerons à défendre vigoureusement ce produit qui bénéficie de 40 ans d’histoire d’une utilisation sans danger et qui continue à être un outil essentiel, efficace et sans danger pour les agriculteurs et autres usagers », argue l’entreprise, qui a multiplié ces dernières années les études cherchant à démontrer l’innocuité de son produit phare.

Une réaction qui a provoqué l’indignation de Brent Wisner, l’un des avocats des parties civiles. « Comment ose-t-elle » faire appel, s’est-il interrogé. Déterminé à se « battre jusqu’au bout », il estime que le verdict « montre que les preuves » de la dangerosité du glyphosate sont « accablantes » et que « des gens souffrent du cancer car Monsanto ne leur a pas donné le choix ».

Dewayne Johnson, 46 ans et père de deux enfants, a vaporisé entre 2012 et 2014 sur des terrains scolaires d’une petite ville de Californie, dans l’ouest des Etats-Unis, du Roundup et du RangerPro, un autre produit du même type.

De nombreuses autres procédures contre Monsanto en cours

Une décision qui risque de faire jurisprudence car ce dossier est le premier d’une longue liste de plaintes visant Monsanto, récemment racheté par Bayer pour 62,5 milliards de dollars. Plus de 4000 procédures similaires, lancées par des plaignants malades, sont actuellement à l’examen aux Etats-Unis.

Source: rfi.fr

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *