Région du sud-ouest : Un bataillon de journalistes au front contre les atteintes aux droits des enfants

Partagez !

La région du sud-ouest fait partie des régions du Burkina où les droits des enfants sont bafoués au quotidien soit par négligence soit par méconnaissance des textes en vigueur en matière de protection de l’enfance. Rapts et mariages d’enfants, Mutilations Génitales Féminines (MGF), Grossesses précoces et non désirées : Voilà entre autres maux qui handicapent le bien-être social des enfants au Sud-ouest. Le Réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au Sud-ouest (RJPE) a donc initié une caravane dans dix localités de cette  région pour sensibiliser les populations sur ces atteintes aux droits des enfants. Le lancement officiel de ladite caravane a eu lieu à Dano le mercredi 10 avril 2019 sous la présidence du Haut-commissaire de la Province du Ioba, le parrainage de Sa Majesté Naonfa II  chef de canton de Dano et  le Co parrainage de Louise Margueritte Somé, ex maire de Dano.

Les enfants sont au  cœur de la politique de Plan International et du RJPE

Selon des chiffres  du ministère de l’éducation nationale, 6746 filles au primaire, post primaire et secondaire, âgées de 09 à 19 ans sont tombées enceintes entre  2012 à 2017.Une cinquantaine de filles ont été victimes des MGF dans la Province du Poni en début d’année 2019. Pour donc mettre fin à ces maux qui compromettent  l’avenir de la jeune fille burkinabè et qui portent atteintes à ses droits fondamentaux,le RJPE a initié une caravane de plaidoyer  dans dix localités de la région du Sud-ouest. Le lancement officiel de cette caravane a eu lieu ce mercredi 10 avril 2019 à Dano, chef-lieu de la province du Ioba. Six (06) jours durant, les journalistes et communicateurs, membres de ce réseau sillonneront les quatre provinces de la région du sud-ouest pour appeler au strict respect des droits des enfants et la promotion de leur bien-être.

Clément Méda Coordonnateur de Plan International/ Burkina, Bureau de Gaoua

La sensibilisation se fera à travers des jeux radiophoniques, des émissions interactives, des causeries-débats sur les différentes thématiques en lien avec le droit des enfants. Plan International/Burkina, Bureau de Gaoua, engagé dans cette même lutte depuis une dizaine d’année, a bien voulu financer cette activité qui entre en droite ligne avec leurs missions. « L’objectif global de Plan International, est d’œuvrer pour faire progresser les droits des enfants et l’égalité pour les filles. Cette caravane de plaidoyer nous offre l’opportunité de choix pour jeter ensemble un nouveau regard sur les actions engagées en vue de lutter contre les violences basée sur le genre» a laissé entendre Clément Meda coordonnateur de Plan International/ Burkina, Bureau de Gaoua. Les parrains de la caravane ont quant à eux salué l’initiative et réitéré leur soutien à toujours accompagner le réseau dans sa noble lutte.

Daniel Olo Palé coordonnateur du RJPE a demandé à ses collègues d’être des défenseurs des droits des enfants

Ils sont 20 journalistes issues des différents médias basés au Sud-ouest à prendre part à cette caravane.Les caravaniers, bien enthousiastes, se sont dits prêts à aller au front contre toutes formes de violence ou d’atteintes aux droits des enfants. Ils se sont engagés à être les voix de ces enfants sans voix. « C’est le lieu pour moi, aux noms des hommes et des femmes de médias de la région du sud-ouest de saluer les Organisations Non Gouvernementales (ONG), projets et programmes qui nous accompagne dans nos différentes activités. Nous faisons une mention spéciale à l’ONG Plan International/ Burkina, Bureau de Gaoua qui a permis au réseau d’organiser la présente caravane. » a d’emblée affirmé Daniel Olo Palé, coordonnateur du réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au Sud-ouest . Monsieur Palé a, par ailleurs dans son discours, appelé ses  confrères et consœurs à plus d’engagement et à être des agents relais pour la cause de l’enfant. « Chers collègues, vous avez le rôle d’agents  relai de toutes les décisions qui seront prises à chaque étape des tournés de la présente caravane pour ensuite les mettre à la disposition des populations à travers les médias » a-t-il exhorté.

Ismaël DIPAMA

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *