RD Congo: le train de vie des institutions publiques

Partagez !

En RDC, il est de coutume à la fin de mandat des membres du gouvernement, des parlementaires, des Bureaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat, et autres personnels politiques, des indemnités de sortie leurs sont accordés. Le fonds payé par le trésor public représente le montant du dernier mois des émoluments touchés.

Ainsi, le Premier ministre Bruno Tshibala a adressé, le 5 décembre 2018, une correspondance au ministre des Finances avec copie au ministre du Budget en vue du paiement des membres du Bureau de l’Assemblée Nationale.

“J’ai l’honneur d’accuser réception de la copie me réservée de votre lettre, adressée au Ministre des Finances, relative au paiement de CDF 22.220.021.783,10 soit environ 13 Millions USD au titre des indemnités de sortie du Bureau de l’assemblée nationale, de son personnel politique et adjoints, des émoluments du mois de janvier 2019 et de la dotation destinée à la caisse sociale des députées”, écrit Pierre Kangudia, ministre du Budget en réponse au courrier du Premier ministre daté du 28 décembre 2018.

“Pour satisfaire cette demande, le 15 octobre 2018, CDF 5.379 867 774 soit 3,3 millions USD avaient été débloqués par le trésor public pour couvrir la même dépense”, indique le même courrier. Il faut encore environ 10 millions USD pour couvrir la paie des indemnités de sortie du Bureau de l’Assemblée nationale, de son personnel politique et adjoints, des émoluments du mois de janvier 2019 et de la dotation destinée à la caisse sociale des députées.

Le personnel politique coûte cher à l’Etat

Cette situation soulève la problématique de la rémunération du personnel politique. Si pour une dépense des membres du bureau de l’Assemblée Nationale, il faut dépenser 13 millions USD, il faudra 5,1 millions USD pour le cabinet du Premier ministre, 2,412 dollars américains pour les membres du gouvernement et leurs cabinets, environ 10 millions USD pour le personnel politique de la Présidence de la République.

A la sortie de ceux-ci, l’équipe entrant a aussi droit au frais d’installation, comme le prévoit les instructions relatives à l’exécution du budget de l’Etat. Pour les membres du gouvernement, le trésor public pourrait débloquer 2,4 millions de dollars américains. En dehors de cette dépense, il y a le train de vie courant des ministères et institutions, qui coûtent cher à la République : 647 millions de dollars américains pour les ministères, 24 millions USD pour la primature et 66 millions USD pour la présidence de la République, par an.

Si le président de la République veut atteindre son objectif, celui de « combattre la pauvreté », la réduction des salaires du personnel politique et le coût de fonctionnement des institutions politiques  devraient être la priorité pour une répartition équitable des revenus du pays.

Il n’est pas normal que le fonctionnement de la présidence de la République, de la Primature et des ministères représente environ 15% du budget national.

VM

Source: deskeco.com

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *