Personnalité de 24infos.net 2018 : Yacouba Sawadogo ( Nobel alternatif), le « fou » devenu « Héros national »

Partagez !

On l’appelait « le fou », aujourd’hui, il est un héros national. Il a transformé des zones arides en forêts dans son pays natal, le Burkina Faso. Et aujourd’hui, il est le prix Nobel alternatif 2018. Yacouba Sawadogo, agriculteur  à Ouahigouya dans la région du Nord du Burkina, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été choisi personnalité 2018 de la presse en ligne 24infos.net.

Nommé  le 24 septembre 2018 par Le Right Livelihood, prix Nobel alternatif 2018, Yacouba Sawadogo  a reçu son prix le vendredi 23 novembre 2018 à Stockholm en Suède. Les raisons qui ont prévalues à ce  choix sont toutes simples et bien évidentes: Yacouba Sawadogo a porté haut le drapeau du Burkina Faso à l’échelle mondiale.Il est parti de rien, pour devenir un bien. De zéro, il est devenu un Héros national.

Jadis appelé « le fou » pour s’être acharné contre les sols arides de son village natale Gourga dans la commune de Ouahigouya, Yacouba est célébré aujourd’hui comme «l’homme qui a arrêté le désert».Humble, aimant  et doté d’une sagesse humaine salvatrice, Yacouba est le genre de personne que l’Afrique a besoin pour son développement socioéconomique.Il est l’exemple à suivre par la jeunesse africaine.Yacouba Sawadogo a eu le mérite de montrer aux yeux de la jeunesse africaine qu’on peut faire des merveilles avec peu et même très peu.Qu’avait-il comme machines ou appareils high-tech pour son travail? Rien! absolument rien! A part sa daba, sa sagesse et sa détermination.

Il lui a juste suffi d’ajouter à ce qu’il faisait, une bonne dose de passion, de persévérance et d’abnégation.

Très simple mais révolutionnaire , la technique du zaï  de Yacouba a permis d’établir une forêt d’environ 40 hectares sur des terres jusqu’alors infertiles. Plus de 60 espèces d’arbres et d’arbustes différents y cohabitent. Cette prouesse écologique a été réalisée dans une zone devenue aride après une longue période de sécheresse dans les années 1970.

La technique du zaï consiste  simplement à  creuser des trous avec de petites digues pour retenir l’eau des pluies le moment venu.On rempli de fumier en saison sèche ces différents trous. Des grains de mils et des graines de plantes y sont ensuite ensemencées.Et le tour est joué! Une  forêt de plusieurs dizaines d’hectares en perspective.

Mais le secret de cette méthode, ce sont les termites, explique Yacouba Sawadogo. «Elles nous aident beaucoup dans la restauration du couvert végétal. Elles creusent des canalisations qui absorbent l’eau de pluie et au lieu de ruisseler, l’eau stagne. Les termites viennent aussi à la surface du sol pour chercher des feuilles à manger et tout au long de leurs trajets, elles creusent des petites tranchées permettant au sol d’imbiber davantage d’eau.»

Aujourd’hui , la technique  de Yacouba est devenue incontournable dans la région désertique du Sahel en matière de lutte contre la désertification. Le prix Nobel alternatif a toujours partagé ses connaissances avec son entourage.D’alleurs, pour lui, c’est ensemble que le monde pourra être changé positivement. « Je souhaite de tout mon cœur que les jeunes s’approprient ce travail que nous avons commencé. En agissant ensemble nous pouvons changer le monde », avait-il confié  après la réception de son prix le 23 novembre dernier .

Félicitation à Yacouba Sawadogo pour sa prouesse et vivement que la jeunesse burkinabè et africaine s’inspire de sa sagesse  pour faire des révolutions dans tous les domaines d’activités.

A noter que Yacouba Sawadogo est le troisième burkinabè lauréat du Right Livelihood Award, après Bernard Lédéa Ouédraogo en 1990 et Ki-Zerbo en 1997.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *