Médias publics : « Les travailleurs sont à bout de patience », selon le syndicat

Partagez !

Le Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) a dénoncé ce lundi 06 mai 2019 au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou le non mise en œuvre de leur protocole d’accord. Il a été signé depuis le 29 décembre 2016. Ce document consacre le passage des médias publics d’établissement publics d’Etat à celui de société d’Etat.

Le Syndicat national des travailleurs de l’information et de la culture n’est pas content. Pour cause, depuis décembre 2016, il a signé un protocole d’accord avec le gouvernement burkinabè qui tarde à être mis en application. Ce document consacre le passage des médias publics d’établissement public d’Etat à celui de société d’Etat.

Depuis sa signature donc, les travailleurs des médias publics n’ont toujours pas bénéficié de ce nouveau statut, a révélé le secrétaire général du syndicat, Sidiki Dramé. Pourtant, à l’en croire, rien ne peut justifier une telle léthargie. Il dénonce un manque de volonté manifeste du gouvernement de ne pas mettre en œuvre ce point clé du protocole d’accord.

Le syndicat soutient que la commission mixte interministérielle chargée du suivi du processus a finalisé et déposé les rapports d’étude et les projets de rapport pour le conseil des ministres depuis février 2019. Il est donc incompréhensible pour le syndicat que jusqu’à ce jour, il n’y ait pas d’adoption des décrets d’application en vue de l’opérationnalisation du passage des Editions Sidwaya et de la RTB au statut de société d’Etat. Le syndicat dit rappeler le gouvernement que rien ne saurait justifier sa non-tenue tant les travailleurs sont à bout de patience.

Pour Sidiki Dramé et ses camarades, ce retard pénalise incontestablement le peuple burkinabè dans son droit à l’information. Pour eux, parlant de société d’Etat, il ne s’agit pas que de salaires et d’indemnités pour les travailleurs. Cela doit consacrer l’indépendance éditoriale des médias publics et résoudre par ricochet, les questions d’équipements et de moyens de fonctionnement.

En deux ans, le syndicat laisse entendre que les travailleurs des médias publics ont été assez patients et sont déterminés à se battre pour la satisfaction totale et entière de leurs revendications. Le syndicat a invité les agents à rester mobilisés et à l’écoute de tout mot d’ordre que la situation exigerait.

Source: Lefaso.net

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *