Lutte anti-terroriste au Burkina : « Exécutions sommaires, atteintes aux droits de l’homme… ? » Mon œil…

Partagez !

Depuis que l’armée burkinabè a annoncé avoir « neutralisé 146 terroristes » dans trois départements de la région du Sahel le 04 février dernier, la toile s’est enflammée avec des messages de tous genres. Tantôt pour féliciter et encourager les Forces de défense  et de sécurité (FDS), tantôt pour douter de la compétence des FDS à avoir une telle force de frappe en si peu de temps.

Nous accueillons favorablement cette information  qui est un baume au cœur de tous ces burkinabè qui n’attendaient que l’affirmation de leur force armée qui, il faut le dire, a passé son temps à subir et à encaisser les coups ensanglantés de ces « fous ».  Subi oui,  parce que depuis 2015, près de 300 personnes ont été tuées lors des attaques répétées, les embuscades et la pose des mines artisanales . Si l’heure a sonné pour le réveil des FDS, si l’heure a sonné pour la neutralisation des terroristes, ce sont les burkinabè qui sont les plus heureux dans cette histoire.

Des chaines internationales et Organisations Non Gouvernementales  qui  viennent douter du professionnalisme  de nos FDS, on peut bien comprendre car comme on le dit « chacun défend ses intérêts,chacun prêche pour sa chapelle ». Mais que des burkinabè en viennent à douter  de la capacité de leur armée  à lutter efficacement contre cette hydre hideuse, là c’est grave et désolant!

Certaines ONG ont déjà évoqué des cas d’exécutions sommaires, d’atteintes graves  aux droits de l’homme, d’autres estiment que les chiffres ont été grossis pour faire la part belle à l’armée burkinabè.De toutes les façons,  nous on s’en fou…

Le Burkina Faso est en guerre, et dans toute guerre,  il y a toujours eu des victimes collatérales.Ce sont des choses qu’on ne peut pas empêcher.Il faut peut être tout faire pour minimiser ces cas malheureux. Les terroristes ont imposé une guerre non conventionnelle à nos forces de défense et de sécurité. Comment voudrait-on que l’armée utilise des moyens conventionnels ? Il faudrait donc que notre armée change bien évidemment de tactique. Ce que l’on a considéré comme « exécutions sommaires » découle de cette nouvelle manière d’opérer.

Tout le monde le sait, les terroristes sont au sein de la population.Ils vivent avec nous.Ils sont nos amis le jour et nos ennemis la nuit.Ils sont  des agneaux au levée du jour et des vampires assoiffés de sang au couchée du soleil.Ce sont nos voisins,  nos connaissances  peut-être même. Il faut noter au passage que toutes ces personnes qui participent au ravitaillement en eau, en vivre, en produits pharmaceutiques et même en informations de ces ennemis du peuple burkinabè peuvent être considérés comme tel.Ce sont aussi nos ennemis à abattre.

Soit l’on est du côté du peuple burkinabè, soit l’on est contre le peuple burkinabè.Si tu as coopéré d’une manière ou d’une autre avec les terroristes et qu’il  y a bien évidemment des preuves de ton soutien, tu es d’office considéré comme ennemi de l’État burkinabè. Et comme nous ne sommes plus dans une situation de guerre conventionnelle, alors qu’on t’exécute.

Et si c’est de cela dont certaines ONG et chaines internationales évoquent comme des atteintes graves aux droits de l’homme, alors qu’elles aillent enquêter en Lybie , en Côte d’Ivoire ou des puissances étrangères ont semé désordre et désolations dans ces pays jadis paradisiaques pour des intérêts capitalistes. La-bas,  elles auront du boulot à abattre.Mais pour le moment, le peuple burkinabè félicite son armée et l’encourage à continuer dans cette lancée pour anéantir ces forces du mal qui ont assez endeuillé au Pays des hommes intègres.Que nos FDS les envoie au diable par le feu de leurs armes.

Vive nos Forces de défense et de sécurité!

Vive le Burkina Faso!

Ismaël Dipama

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *