Kémi SEBA expulsé de la Côte d’Ivoire: Le pouvoir ivoirien est-il contre le peuple africain ?

Partagez !

La question du FCFA et du néocolonialisme en Afrique n’est pas un sujet qui date d’aujourd’hui. Depuis plusieurs décennies, certaines personnalités comme Thomas Sankara les ont combattu jusqu’à leur dernier souffle. Tous ces systèmes sont la preuve évidente que les pays africains ne sont véritablement pas libres. Les indépendances accordées aux pays africains dans les années 60 et célébrées dans les différents pays chaque année en grande pompe ne sont que des coquilles vides. Les africains ont été dupés et cela avec la complicité de certains dictateurs et valets de l’Occident en Afrique qui se vont appeler « Président ». Le cordon ombilical,  à savoir le système monétaire qui est le F CFA  n’étant pas rompu, on ne peut pas parler d’indépendance réelle.

Et cela, de plus en plus d’africains l’ont compris. La jeunesse africaine est bien consciente de cette situation à la base du  marasme économique et de la misère de l’Afrique. Cette jeunesse en a mars et veut en découdre avec cette France-Afrique qui est la cause de tous les malheurs de l’Afrique.

Parmi ces jeunes qui ont pris la résolution de libérer totalement et véritablement l’Afrique de ses chaines néocoloniales, figure  l’activiste panafricain radical Kémi SEBA. De son vrai nom Stellio (Stélio) Gilles Robert Capo Chichi, ce franco-béninois de 38 ans a fait le buzz sur les réseaux sociaux lorsqu’il brulait le vendredi 25 août 2017 au Sénégal un billet de 5 000 FCFA en guise de son revu et de son dégout à l’égard de cette monnaie qu’il qualifie d’« outil injuste économiquement ».

Kémi SEBA brulant un billet de 5000 F CFA

Depuis lors, les questions sur le  FCFA ont pris une tournure jamais égalée. De plus en plus de voix se sont levées pour demander sa suppression pure et simple et la création d’une nouvelle monnaie purement africaine.

En plus de la jeunesse africaine, des pays européens ont exprimé clairement leur désapprobation quant au maintien du F CFA en Afrique. On se rappelle toujours de cette sortie du vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio, qui a accusé la France et son  F CFA d’empêcher le développement de l’Afrique et de provoquer la crise migratoire vers l’Europe. Cette sortie bien médiatisée  avait courroucé le pouvoir français. Nous n’oublierons pas également certaines revendications des Gilets jaunes qui demandent la fin de ce système vampiriste français.

Tout le monde le sait, sauf ceux qui ne veulent pas le savoir,  la France est le malheur de l’Afrique et le F CFA est l’arme que le pays de Gaule utilise pour assouvir ses bas instincts contre l’Afrique.

Quand certaines autorités africaines continuent de soutenir ce système, on est en droit de se demander si ces personnes veulent véritablement une vraie paix, une vraie indépendance et  un vrai développement de l’Afrique.Quand des président africains continuent de jouer les valets pour leurs intérêts égoïstes et cyniques on se demande si l’Afrique est sortie de l’ornière.

On a toujours eu des présomptions sur Alassane Dramane Ouattara, leader des valets occidentaux en Afrique après Blaise Compoaré chassé du pouvoir. Mais n’a-t-il pas franchi le Rubicon avec cette arrestation suivi de  l’expulsion des leaders de l’ONG Urgence panafricaniste ?

En effet, des agents de sécurité ivoirien ont procédé á l’arrêt et l’interrogatoire, de deux leaders de l’ONG Urgence panafricaniste ivoiriens, dont Hery DJEHUTY, avant de les relâcher. Recherché par les autorités ivoiriennes, Kemy Seba s’était rendu á la direction de la sécurité, avant de se voir expulsé vers le Bénin le mardi 26 mars 2019 aux environs de 20h. Le pouvoir ivoirien a refusé la tenue de la conférence prévue le dimanche 31 Mars 2019 en RCI contre le néocolonialisme français.

N’est-ce pas là,  la preuve évidente que ADO ne veut aucunement d’une véritable indépendance des pays africains ? Le valet ADO ne veut-il pas resté valet ? Le « nègre » semble vouloir vendre son pays, son continent l’Afrique à la France ? Mais à combien compte-t-il sacrifier notre Afrique? Que gagne –t-il en procédant à l’expulsion des leaders du mouvement  Urgence panafricaniste qui ne luttent que pour une Afrique digne et fière? Pourquoi cette lutte gène-t-elle le pouvoir d’Abidjan ?

Kémi SEBA reçu par le Président du Faso Roch Kaboré

Trop de questionnement à laquelle nous laisserons nos lecteurs trouver leurs propres réponses. Mais qu’à cela ne tienne, ADO a choisi son camp selon nous. Son camp c’est la France puisque c’est elle qui l’a mis au pouvoir après avoir délogé Laurent Gbagbo.

La jeunesse ivoirienne est plus que jamais interpelée sur cette affaire. Chaque génération doit construire sa pyramide et la pyramide de la génération actuelle, c’est de libérer totalement l’Afrique de l’emprise du néocolonialisme.

Jeunesse ivoirienne, la lutte pour la libération de l’Afrique vous  appartient également. L’avenir de notre continent est également entre vos mains. Ne soyez pas les traites de l’Afrique mais soyez parmi ses bâtisseurs. Le cri de cœur d’un panafricaniste pour ses frères ivoiriens et africains.

Ismaël DIPAMA

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *