Festival « la Nuit des conteurs » de Gaoua : Les contes au service de la cohésion sociale

Partagez !

La 1ère édition du Festival « La nuit des conteurs » de Gaoua s’est tenue ce samedi 13 juillet 2019 à Gaoua,  chef-lieu de la région du sud-ouest. Au cours de cette nuit,  une dizaine de conteurs venus des quatre coins de la région du sud-ouest se sont rivalisés en matière d’éloquence, de gestuelles et de relations d’histoires fantastiques tirées des légendes africaines. Cette première édition était placée sous le patronage du Gouverneur de la région du sud-ouest et sous le parrainage de Youl Sansan ex-maire de Gaoua.

Plusieurs dizaines de personnes se sont retrouvées à la place de la Nation de Gaoua dans la nuit de ce samedi 13 juillet 2019. Objectif : Passer des moments de partage et de communion autour des contes qui sont des valeurs culturelles immatérielles africaines. Pour cette première édition, ce sont au total 07  conteurs venus des quatre coins de la région du Sud-ouest qui ont tenus en haleine les festivaliers avec des histoires drôles,  fantastiques et empruntes de leçons de morale et de civisme.

Boukary Kinda le promoteur du Festival dit vouloir participer à la cohésion sociale

« Culture et cohésion sociale pour un développement durable. » c’est le thème choisi par les promoteurs pour  cette première édition. Pour les initiateurs,  le festival des contes est un prétexte pour réunir les différentes communautés qui vivent dans la région du sud-ouest autour des valeurs culturelles africaines. « Au lieu de faire un tournoi Maracaña,  je me suis appesanti sur les contes qui sont des valeurs culturelles en dangers dans nos sociétés modernes. » s’est justifié Boukary Kinda promoteur du Festival,  par ailleurs journaliste à la RTB Gaoua. « Le vivre ensemble et la cohésion sociale a pris un coup au Burkina,  c’est également une manière pour nous, de contribuer à la paix,  à la cohésion sociale et à l’intégration des communautés. » a-t-il ajouté.

Le patron de cette activité,  notamment le Gouverneur de la région du sud-ouest, a enfourché la même trompète que le promoteur pour apprécier l’initiative qui viendra, selon lui,  renforcer la cohésion sociale dans la région du sud-ouest. « Les contes sont faits en langues nationales. Cela participe du coup à la promotion de nos langues. A travers  les contes,  on va lutter contre l’incivisme, par les contes on va promouvoir la cohésion et s’assagir. » s’est exprimé Tagsèba Nitièma Gouverneur de la région du sud-ouest.

L’ex maire de Gaoua Youl Sansan à salué l’idée originale du promoteur

Le parrain de l’activité quant à lui,  a apprécié l’originalité du festival et la pertinence du thème choisie pour cette première édition. « Tous les promoteurs culturels que je connais,  s’intéressent au domaine de la musique, du show bizz. C’est la toute première fois que je vois un promoteur qui s’est intéressé aux contes qui sont des valeurs culturelles en perdition dans nos sociétés africaines. C’est atypique, c’est original et je n’ai pas hésité un seul instant à accompagner le promoteur dans cette activité combien louable » a confessé Youl Sansan parrain de la 1ère édition.

Au terme des différentes prestations,  Yélli Somé agent à la mairie de Gaoua s’est adjugé le premier prix  du festival  « la Nuit des conteurs » de Gaoua. Elle est repartie les mains chargées de cadeaux en nature et en espèces. Ses autres challengers sont également repartis avec des sacs,  des cahiers et des T-shirt. Les conteurs ont presté en lobiri,  birifor  et en dagara,  les principales langues parlées par les peuples du sud-ouest. Les promoteurs assurent  qu’ils prendront en compte les autres langues parlées dans la région dans les éditions à venir.

Ismaël DIPAMA

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *