Caravane des journalistes du sud-ouest pour la protection de l’enfance : Mission accomplie par les « boys » !

Partagez !

Débutée le mercredi 10 avril 2019 à Dano chef-lieu de la province du Ioba, la caravane de plaidoyer des journalistes pour la protection de l’enfance au sud-ouest a pris fin le lundi 15 avril 2019 à Perigban commune rurale de la province du Poni. Cette caravane  qui a concerné 10 (dix) localités de la région du sud-ouest et qui a  été initiée par le Réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au sud-ouest (RJPE) en collaboration avec l’ONG Plan International/Burkina, Bureau de Gaoua, s’est très bien passée dans l’ensemble selon les organisateurs.

Plus de 2 mille personnes ont été touchées durant cette caravane

10 (dix) localités des quatre provinces de la région du sud-ouest ont reçu la visite du réseau des journalistes pour la protection de l’enfance au sud-ouest entre le 10 et le 15 avril 2019.Dans chaque localité qu’ils sont passés, les 20 (vingt) journalistes de la caravane ont échangé avec les populations sur diverses thématiques leur concernant à travers des émissions interactives et des jeux radio. Rapts et mariages d’enfants, grossesses précoces et Mutilations Génitales Féminines (MGF) ont été entre autres thèmes sur lesquels les populations des quatre coins du sud-ouest ont été sensibilisées. A l’occasion, la parole a été donnée aux victimes, aux parents, aux élèves, aux autorités coutumières, aux personnels de l’action sociale et de l’enseignement.

La parole a été donnée aux victimes, aux parents,aux élèves et aux autorités coutumières et religieuses

En 06 (six) jours, ce sont plus de deux mille  personnes qui ont été touchées par les sensibilisations sur toute l’étendue de la région. Mission accomplie donc par ces hommes et femmes de médias ; ces « boys » du micro et du stylo, qui se sont engagés à faire de la défense des droits des enfants leur cheval de bataille. « Félicitations les gars pour le travail abattu » s’exclamait Olo Daniel Palé, coordonnateur du RJPE, visiblement très content de l’engagement de ses « hommes ».

Olo Daniel Palé Coordonnateur du RJPE est fier de ses « boys » qui ont assuré la caravane

Pour le bras financier du réseau, notamment l’ONG Plan International/Burkina, Bureau de Gaoua qui a dénoué la bourse pour ladite caravane, le travail abattu par les journalistes et communicateurs est à apprécier à sa juste valeur. «C’est une fierté pour moi de savoir que le réseau a pu faire le tour des 10 localités prévues pour aborder des questions assez sensibles. Je demande à  la population de Périgban ici présente de faire un bat à tous ces hommes et femmes de médias qui ont relevé avec brio le défis de cette caravane.Félicitations à vous chers journalistes .La parole a été donnée aux parents, aux victimes, aux autorités coutumières et administratives pour un changement de mentalité.» s’est réjoui Clément Meda Coordonnateur de Plan International/ Burkina,Bureau de Gaoua qui a profité de cette occasion pour lancer encore une fois un appel aux autorités communales et départementales de Périgban sur les question des MGF. « Nous ne voulons plus entendre parler de MGF ici à Périgban monsieur le Préfet.Nous comptons toujours sur vous et nous sommes prêts à vous accompagner dans ce sens.Notre espoir, est que vous autorités, vous preniez le problème à bras le corps pour le respect des droits des jeunes filles.  » a-t-il dit à l’endroit des autorités de la préfecture et de la commune  de Périgban présentes pour la circonstance.

« La mission a été accomplie par le réseau » Clément Meda Coordonnateur de Plan International/Burkina, Bureau de Gaoua

Les caravaniers, par la voix de Flavien Da, ont tenu encore une fois à remercier le partenaire financier et les parrains de ladite caravane pour la confiance et les soutiens multiples et multiformes. « Nous remercions l’ONG Plan International pour son soutien financier pour l’organisation de cette caravane. Nous remercions également Sa Majesté Naonfa II et Louise Margueritte Somé, nos parrains, pour leurs conseils  et accompagnements. Pour finir, nous remercions les populations des 10 (dix) localités visitées pour leur hospitalité et leur participation aux différentes émissions radio » a-t-il affirmé

Les journalistes du RJPE ont recommandé la signature d’une convention avec  Plan International/ Burkina, Bureau de Gaoua, pour la cause des enfants. Monsieur Meda de Plan International n’en a pas vu d’inconvénients. Il a promis d’étudier la doléance  du RJPE qui reste, pour lui, une option pertinente à envisager.  « Mains dans la mains, les lignes bougeront » estiment les deux partenaires qui se sont quittés avec de futures projets en commun.

Ismaël DIPAMA

 

 

 

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *