Burkina : Des habitants marchent pour exiger un meilleur logement

Partagez !

Comme annoncé, les membres et sympathisants de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement ont battu le pavé ce 5 avril 2018 à Ouagadougou. Ils ont marché de la Bourse du travail au ministère en charge de l’habitat. « Nous sommes dans le même axe. Vous pouvez être rassurés. Mais, nous souhaitons l’appui des organisations de la société civile représentative », a dit le ministre Maurice Bonanet aux manifestants.

La rencontre initiée entre les autorités et la coalition n’a pas pu faire annuler la manifestation prévue pour réclamer de meilleures conditions d’accès au logement. La marche, ce 5 avril, est partie notamment de la Bourse du travail en direction du ministère de l’habitat et de l’urbanisme. Les manifestants ont été reçus par le premier responsable du département.

Maurice Bonanet, ministre en charge de l’habitat, a remercié les manifestants pour la bonne tenue de la marche. « La principale question, c’est le logement. Vous voyez que nous avons un ambitieux programme de logement. La deuxième question, c’est le lotissement et l’aménagement. Là aussi, dans le programme présidentiel, il y a un volet qui a été consacré à la résomption des quartiers concernés », a-t-il dit.

Ces questions, ajoute-t-il, sont inscrites dans un processus déjà en cours et en phase d’accélération. Revenant sur l’exemple de la ville de Gaoua, le ministre fait comprendre qu’il s’agit d’un cas rare dans toute la sous-région :

« Nous avons fait une rupture par rapport à ce qui se passait en matière de construction de logements pour la commémoration du 11-Décembre. Nous avons construit des logements sociaux dont les coûts ont baissé jusqu’à 3.500.000 FCFA. C’est pour vous dire qu’il y a une forte volonté politique. Pour ce qui est également des zones non loties, nous avons d’abord commencé les échanges avec les conseillers municipaux, ensuite nous irons sur le terrain avec les populations ».

Le rapport sur la commission d’enquête parlementaire a été récemment remis au Premier ministre. A en croire Maurice Bonanet, il sera bientôt adopté en Conseil des ministres. Les préoccupations dans le domaine seront traitées, dit-il, en présence de l’ensemble des acteurs de la société civile, des populations, des collectivités locales.

« Nous sommes dans le même axe. Vous pouvez être rassurés. Nous sommes dans l’axe de la résolution de tous ces problèmes. Mais, nous souhaitons l’appui des organisations de la société civile représentative », insiste le ministre. Mais, les réponses de ce dernier semblent laisser les manifestants sur leur soif.

Bernard B. Compaoré, Président de la Coalition des associations pour la défense du droit au logement dit prendre acte de ce que le ministre a dit. Selon lui cependant, la parole et l’acte ont toujours été deux choses différentes.

« La marche n’est pas obligatoire pour nous, tant que nos préoccupations obtiendront gain de cause. La question préoccupe tout le monde. C’est nous qui sommes dans les non lotis, c’est nous qui rencontrons des problèmes de parcelles. Nous laisser et aller confier ces questions à d’autres personnes, c’est comme prendre son engin tombé en panne et dire à un vendeur d’engin de le réparer », illustre Bernard Compaoré.

Pour rappel, la campagne contre la crise de logement et pour la défense du droit au logement et l’accès à un logement décent, est soutenue par plusieurs OSC dont les CCVC d’Arrondissements de Ouagadougou, la CADDL, les CDAIP Ouaga, le MBDHP.

Burkina 24

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *