Avortement au Burkina: « il n’a jamais été question de débattre sur une telle question en conseil de ministres »dixit Simon Compaoré

Partagez !

« Le ministre n’a jamais reçu pour instruction d’aller défendre l’interruption de grossesse auprès de qui que ce soit. Une telle décision comme le mariage homosexuel comme la peine de mort, ce sont des questions de société qui sont extrêmement sensibles » a déclaré à radio Omega le ministre d’Etat Simon Compaoré.

Le ministre de la sante Nicolas Meda, reçu en audience en compagnie de la fondation Susan Thompson Buffet par le président de l’assemblée nationale le 22 aout dernier a plaidé pour une révision des textes en matière d’avortement. « Permettre à la femme d’avoir tous les droits possibles, c’est lui donner aussi la possibilité d’une interruption sécurisée de la grossesse, quand avoir cet enfant va menacer sa vie ». a-t-il souligné.

Simon Compaore quant à lui affirme que cette question n’a jamais été sur la table du conseil des ministres. « Dans notre contexte ce n’est pas quelque chose à envisager et je parle avec conviction et il n’a jamais été question de débattre sur une telle question en conseil de ministres »

« Un tel dossier ne peut pas atterrir dans le bureau du conseil de ministres a fortiori prospérer» renchérit-il.

Source radio oméga

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *