An II enlèvement Docteur Eliott : « Nous comptons mettre des affiches dans toute la ville », Ismaël Traoré

Partagez !

15 janvier 2016- 15 janvier 2018, cela fait deux ans jour pour jour que le Docteur Kennett Eliott a été « arraché » à la population du Soum. Pour lui rendre hommage, le collectif des organisations de la société civile du Soum a organisé une marche, hier 15 janvier 2018, date d’anniversaire de son enlèvement. Le président du trimestre du Collectif, Ismaël Traoré nous donne les détails  de cette manifestation.

24infos.net : Quelle était l’objectif de la marche organisée, lundi 15 janvier ?

Ismaël Traoré (I.T.) : Notre marche rentre dans le cadre de la commémoration de l’an II de l’enlèvement  du Docteur Eliott. C’était également une occasion de lui rendre un vibrant hommage et attirer encore l’attention des autorités sur la question. Dès les premiers jours, ce fut la consternation à Djibo, au regard de ce qu’il a fait pour nous. La jeunesse, les scolaires et les personnes du 3e âge se sont rassemblés pour montrer leur détermination et manifester leur mécontentement. A l’époque, le gouvernement a pris des engagements. Deux ans après, ils n’ont pas été respectés. Nous nous  sommes dit qu’il est de notre devoir de monter encore au créneau pour attirer leur attention.

24infos.net : Avez-vous eu des nouvelles du Docteur depuis son enlèvement de la part du l’exécutif ?

I.T : Nous n’avons eu aucune nouvelle de la part des autorités. Nous avons rencontré le personnel de la Clinique qui est permanemment en contact avec son épouse. C’est elle qui leur a fait savoir que  son mari allait bien, quand ils se quittaient. En dehors de cette ancienne information, nous n’en avons eu  aucune autre.

Djibo, orphelins de ces docteurs.

24infos.net : Qu’attentez-vous des autorités ?

I.T : Nos attentes s’adressent au président du Faso. Des engagements ont été pris par son gouvernement. Il faut qu’il prenne ses responsabilités. Ils avaient promis de prendre des mesures pour permettre aux agents de continuer le travail et de subvenir à leurs besoins, étant donné que la famille du Docteur ne pourra plus les prendre en charge. Mais, rien n’est fait. Le personnel de la clinique vit dans la misère. Dans notre mémorandum, nous avons voulu polariser l’attention sur le mutisme au tour du Docteur. Tout porte à croire que rien n’est fait au sommet de l’Etat pour que ce dernier puisse être libéré.

24infos.net : Que compte faire le collectif à présent ?

I.T : Notre engagement et notre mobilisation ne faibliront pas, peu importe le temps que cela prendra. Nous n’allons pas attendre chaque 15 janvier pour nous souvenir du Docteur Eliott. Nous comptons afficher, dans les jours à venir, un tableau au Haut-commissariat de Soum, sur lequel nous allons marquer le nombre de jours de détention de Eliott. Nous comptons également afficher ses posters partout, dans toutes les salles de réunion de la ville de Djibo. Nous avons entrepris aussi des démarches avec les responsables des radios locales, afin que les animateurs lui rendent hommage à chaque animation. Cela permettra à la population d’avoir une attention particulière du Docteur.

Par Amad DICKO

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *